La taille des arbres

La taille des arbres


La taille des arbres, souvent pratiquée par les jardiniers amateurs, peut se révéler complexe et dangereuse. Confier celle-ci à des professionnels est donc la meilleure solution. Mais certains n'ayant ni les moyens ni l'envie de confier cette tâche à un artisan ou à une entreprise, découvrez ici comment efficacement tailler soi-même un arbre (fruitier, arbuste...).

La taille des arbres : les impératifs et pièges

Taille des arbres

La taille d'un arbre ne s'effectue pas de façon uniforme. A chaque type d'arbre correspond une méthode différente. En fonction de leurs espèces, les arbres possèdent différentes particularités et divers besoins par rapport à la taille.

Le but recherché peut différer notamment en fonction de la place et de l'utilité de l'arbre, de la haie ou de l'arbuste dans son environnement : décoration, production de fruits... Ces objectifs conditionnent la fréquence et la méthode de taille.


Types de taille

Différentes types de tailles correspondent donc aux diverses espèces d'arbres : feuillus (chêne, mûrier, peuplier), résineux (pin, sapin, cyprès...), fruitiers, forestiers (bouleau, châtaignier, érable), palmiers...

La taille joue alors différents rôles :

  • Fruitière : en hiver pour les arbres à pépins (pommier, poirier) et en août-septembre pour ceux à noyaux (prunier, cerisier...), elle permet d'optimiser la production des fruits.
  • De formation : elle s'effectue fait sur un arbre jeune afin d'équilibrer son architecture entre ses racines et sa ramure.
  • D'entretien : la taille est utilitaire et permet de rafraichir l'arbre et de le débarrasser du bois mort.
  • De sauvetage : nécessaire à la survie de l'arbre, par exemple s'il est malade.
  • En boule ou en nuage : elle a un but esthétique, on donne une forme particulière à l'arbre pour le rendre joli.

Taille douce ou sévère ?

Les plusieurs catégories d'arbres peuvent correspondre à 3 types de tailles :

  • Sévère (ponctuelle) : elle permet par exemple de faire face à un imprévu comme une tempête, et doit être limitée ;
  • Douce (raisonnée) : l'opération vise à maximiser l'évolution et la croissance de l'arbre en respectant ses caractéristiques, tout en intégrant les contraintes extérieures ;
  • Architecturale : elle vise à privilégier l'aspect décoratif ou utile de la forme de l'arbre, qui a peu à voir avec son aspect naturel. Cela concerne par exemple la taille en tonnelle, en boule, en nuage, en rideau, en marquise, en marotte...

L'ébranchage

L'ébranchage a généralement lieu lorsque le fût est posé sur le sol. Contrairement à ce que l'on pourrait croire, procéder à la découpe d'un arbre terrassé n'est pas anodin. Le poids du tronc et les tensions mécaniques résultant de la chute de l'arbre abattu constituent des forces considérables. Les branches concentrent en elles des forces potentielles qui ne demandent qu'à se libérer.

Les professionnels élaborent donc des stratégies pour diminuer progressivement les dangers que présentent des branches tendues ou tordues. La réalisation des entailles de prédécoupe est souvent l'étape initiale et fondamentale d'un ébranchage serein.

Le débitage du bois

Une fois le tronc débarrassé de ses branches, il est coupé en billots pour faciliter sa manipulation. C'est la phase du débitage, qui doit être réalisée avec méthode. Les rondins d'environ 1 mètre de long peuvent être vendus tels quels pour le commerce. On les appelle alors des grumes.

Leur format réduit permet un transport, ou débardage, plus aisé. Lorsque les billots sont destinés au chauffage, on les fend dans le sens de la longueur. Ils sèchent alors plus vite et brûleront plus facilement lors de leur utilisation.

L'abatteuse est un puissant engin permettant de mener de front l'abattage, l'ébranchage et le débitage de l'arbre. L'ensemble de ces opérations prend généralement moins d'une minute, avant même que le fût n'atteigne le sol.

Évidemment cette machine est très chère et pas à la portée d'un particulier, sauf en location. Elle exige une grande maîtrise et un respect scrupuleux des consignes de sécurité pour être utilisée efficacement.

Tailler un arbre en ville : quand et pourquoi ?

Les arbres dits "urbains", c'est-à-dire présents en ville, ont une vie radicalement différente que s'ils étaient plantés en pleine campagne.

Il sera donc obligatoire de respecter une législation stricte et leur entretien devra faire preuve d'une attention toute particulière afin de permettre une évolution et une croissance maîtrisée.

En ville, la taille des arbres a donc pour but de les accompagner dans leur croissance, notamment en les préparant aux contraintes urbaines (attention portée aux infrastructures avoisinantes, à la présence de fourches fragiles ou de branches malades...).

On privilégie une taille lorsque l'arbre est encore jeune, puisque les problèmes rencontrés trop tardivement peuvent être très coûteux et complexes à résoudre, surtout en ville.

L'entretien d'un arbre urbain vise donc à anticiper son développement en rapport avec son environnement citadin, tout en controlant au mieux son évolution.

Une taille adaptée à chaque espèce

L'élagage est la première étape de la taille des arbres. Les différentes méthodes utilisées dépendent de critères prédéfinis (objectif, type d'arbre, environnement), et doivent dans tous les cas êtres employées de façon régulière afin d'assurer à la fois une bonne santé à l'arbre et une conformité à la législation.

Des impératifs existent concernant la proximité des arbres avec le voisinage ou les infrastructures publiques et l'utilisation d'un matériel adapté est indispensable.

Dans quels cas ne doit-on pas tailler un arbre ?

Couper une branche

Comme tout être vivant, l'arbre n'est pas un objet que l'on peut modifier à sa guise sans conséquence. Puisque le végétal vit, il réagit à tout changement, et particulièrement à la taille de l'une de ses parties.

Couper une branche est comme une amputation, qui réduit la protection vis-à-vis des éléments extérieurs.

L'opération ne peut être bénéfique que lorsqu'il est absolument obligatoire de dégager l'espace d'un environnement encombré par des branches, ou qu'une contrainte amène à réduire l'ampleur de l'arbre (sécurité des personnes et des animaux).

La taille sert à éliminer les fourches fragiles et à réparer des accidents (intempéries, branches cassées) qui risquent d'aggraver l'état du végétal.

Bien choisir l'emplacement des arbres avant de les planter sera donc judicieux pour qu'il se développent en "forme libre".

Leur architecture n'est pas dictée par l'homme, mais par la nature elle-même ce qui constitue aussi une garantie de vitalité pour l'arbre.

Quelles sont les périodes de taille ?

Périodes de taille

Tout au long de l'année, on effectue la taille de différents arbres, sauf durant le débourrement (le moment où les feuilles apparaissent) et la descente de sève (juste avant leur chute).

  • Au printemps (en mars), on taille généreusement les arbustes persistants, qui donnent des fleurs en été et des fruits, afin de favoriser la floraison de l'année suivante. Mais cette technique provoque la perte d'un certains nombre de fruits.
  • Jusqu'à la fin du printemps, c'est la période idéale pour tailler les hais (laurier-cerise, thuyas...).
  • De juin à début août, ce sont plutôt les espèces feuillées qui sont taillées pour permettre une meilleure défense de l'arbre face à ses blessures.
  • En hiver, on taille les arbres sans feuilles afin d'optimiser sa forme et d'éviter la déchirure de son écorce.